Mon joli mala en aventurine et bois de rose

Aujourd’hui, j’avais envie de prendre un instant pour vous présenter mon joli mala.

Réalisé artisanalement par Clémentine, il se compose de 108 perles et d’une perle guru, comme le veut la tradition. La majorité des perles sont en bois de rose, puis il y a des perles en howlite (blanc) et en aventurine (verte). Le pompon est en ficelle de chanvre et coton. Je l’ai choisi sur un coup de cœur : je le trouvais parfait. J’aime ses couleurs douces et son aspect épuré. On conseille généralement de choisir son mala au feeling, pour l’énergie qu’il nous renvoie.

La signification des pierres

L’aventurine équilibre le chakra du cœur. Son énergie est douce, c’est une pierre de guérison. Elle apporte sérénité, tranquillité de l’esprit, nous encourage à aller de l’avant, à être patient.

La howlite facilite le discernement et apaise les personnes émotives ou hypersensibles en leur apportant douceur et amour.

Le petit pompon me permet de mettre une petite goutte d’huile essentielle que je peux sentir tout au long de la journée (même au-delà selon l’huile). En ce moment, c’est l’huile essentielle de laurier noble. Celle-ci vient d’Auvergne. Elle est assez puissante. Elle aide à gérer le stress, stimule la confiance en soi et permet de rester focus. Une jolie trouvaille 🙂

Mais au fait, à quoi sert un mala ?

Un mala, c’est un peu comme un chapelet. C’est un collier composé de grains ou de perles, que l’on utilise pour la méditation ou lorsque l’on récite des mantras. Les perles permettent de compter le nombre de répétitions du mantra.

Pourquoi 108 perles ?

Le nombre 108 est sacré. Dans l’hindouisme, le chiffre 1 correspond à dieu, 0 au vide et le 8 symbolise l’infini.

Les mantras

J’ai réellement découvert les mantras en formation. Aucune des classes que j’avais suivies auparavant ne m’avaient introduites à cette pratique. Réciter des mantras permet de couper le mental et d’être 100% présent dans notre pratique. Il faut essayer de s’éloigner de ce sens propre pour aller au plus profond de nous, dans nos ressentis. Je vous écrirai un article sur le sujet si cela vous intéresse.

Sentir, bénir, libérer

J’ai lu quelque chose qui m’a beaucoup parlé et qui m’accompagne désormais dans mon quotidien :

⋆ « Il est malhabile de porter le fardeau des autres comme si c’était le vôtre, car cela consiste essentiellement à augmenter la souffrance du monde plutôt qu’à la diminuer ». ⋆

Étant très sensible, j’ai parfois du mal à me protéger et à « sceller mon espace » comme on dit. Pour le faire, on peut appliquer la méthode ⋆« sentir, bénir, libérer » ⋆. Cela consiste à accueillir la douleur de l’autre, la sentir puis la dégager avec une prière de guérison. ⋆

Si vous souhaitez en lire davantage sur le sujet, je vous recommande : « Les Chakras, au-delà des premiers pas » de David Pond, d’où je tire ces enseignements.

Bonne soirée, namaste 🌕🙏