Concentration, méditation et illumination – Dharana, Dhyana et Samadhi

J’ai choisi de regrouper dans ce dernier article de la série « philosophie du yoga », les 3 derniers piliers car ce sont des étapes vers l’état de samadhi.

Nous avons vu la première étape dans l’article concernant Pratyahara, qui consiste à se retirer du chahut de la vie quotidienne pour entrer en soi. C’est l’étape qui précède la pratique de la méditation. Cette étape maitrisée, nous pouvons passer aux suivantes :

  • la concentration sur une point donné que l’on appelle Dharana
  • la méditation que l’on appelle Dhyana
  • et l’état transcendantal qu’on appelle Samadhi.

Lorsque le mental s’apaise en s’éloignant de ce qu’il se passe autour de nous, nous commençons à faire taire ses fluctuations et à installer un sentiment de paix intérieure. Pour parvenir à maintenir cet état de paix, il faut essayer de se concentrer et c’est un véritable challenge pour notre mental habitué à se projeter dans le passé ou le présent et penser à mille choses à la fois.

La concentration – Dharana

Ce pilier aborde la notion de concentration sur un point spécifique. Cela peut être notre respiration, une partie de notre corps, un objet extérieur à nous (la flamme d’une bougie par exemple) ou sur l’un de nos chakras. Si nous quittons l’objet de cette concentration, le mental s’égare et va recommencer à partir dans de nombreuses directions. Il faut maintenir cette concentration en continue, c’est vraiment le principe de Dharana et rester conscient de cette état de concentration. C’est l’étape préliminaire à la méditation.

La méditation – Dhyana

Lorsqu’on essaie de décrire Dhyana (et ce n’est pas chose aisée ! ), on peut s’appuyer sur Dharana puisque les deux sont très proches. Dans l’ouvrage Yoga-sutras de Patanjali (commenté, aux éditions Albin Michel), il est écrit ceci : « Dans la concentration, c’est le mental qui est sollicité. Dans la méditation, c’est la conscience profonde, l’êtreté. »

La conscience transcendantale ou Samadhi

Dans les Yoga-Sutras III.3 : Quand la conscience est en relation avec cela même qui n’a pas de forme, c’est le samadhi.

Ici on peut citer Swami Satyananda pour décrire cet état transcendantal. « La culmination de la méditation est la réalisation de soi. Ceci se produit lorsque le mental supérieur est transcendé. La conscience abandonne l’exploration du mental et s’identifie au cœur profond de l’existence, qui est le Soi. A ce point, elle devient pure conscience. Parvenir à la réalisation du Soi, c’est entrer en coïncidence avec le centre de son être. Désormais, l’existence est vécue du point de vue du soi, non à partir de l’ego. »

Pour conclure, cette petite série d’articles sur la philosophie du yoga et les grands piliers établis par Patanjali, il faut garder à l’esprit que nous disposons de moyens pratiques pour apaiser notre mental et cheminer vers la sérénité : les yamas, niyamas, pranayama et asanas. Ici, notre attention sera volontaire. Pratyahara, Dharana, Dhyana ouvrent la voie vers un état d’attention, sans effort, nous amenant sur la voie du samadhi.

Merci pour votre lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.